plaque


Jean de Dieu Raymond de BOISGELIN de CUCE

(1732 - 1804) 


                   Archevêque d'Aix


portrait

Le nom de l'archevêque a été donné récemment à la partie de la Place de l'Université située du côté de la Cathédrale St-Sauveur.


armes




Le 27 février 1732, il naquit à Rennes dans une famille d'ancienne noblesse de Bretagne.
            
Il fit ses études à Paris, au séminaire de Saint-Sulpice et à la Sorbonne.


1764    Evêque à 32 ans ! (avec une dérogation spéciale, l'âge minimum requis étant de 35 ans). Son modeste diocèse de Lavaur (Tarn) lui en laissant le loisir, il écrivit quelques vers et surtout trois grandes oraisons funèbres qui firent sensation :

1765 - pour le Dauphin, Louis de France, mort à Fontainebleau, fils de Louis XV et Marie Leszczynska, père du futur Louis XVI,

1766 - pour le roi de Pologne, Stanislas Leszczynski, retiré en Lorraine, mort à Lunéville, beau-père de Louis XV,

1767 - pour la Dauphine, Marie Josèphe de Saxe, morte à Versailles, veuve de Louis de France, fille d'Auguste III électeur de Saxe et roi de Pologne, mère du futur Louis XVI.

Ces chefs d’œuvre d’éloquence, et son sermon en 1774 pour le sacre de Louis XVI à Reims, lui vaudront d’être admis à l'Académie Française en 1776.
Ce sermon, bien que très applaudi ne fut jamais publié parce que jugé subversif (à propos de la misère du peuple).
 
1770    Nommé Archevêque d'Aix, il s'y installa en 1771.arrivée

Dans l'Ancien régime un archevêque n'était pas seulement le représentant de l'autorité spirituelle, mais bien aussi un membre important du gouvernement de la province :

"sa nomination à Aix avait surtout pour but de mettre à la tête de l'administration de la Provence un homme capable de la diriger avec intelligence; car l'archevêque d'Aix était le premier Procureur du pays et, comme tel, chargé de présider, avec des collègues renouvelés chaque année, à l'expédition de toutes les affaires de la province. M. de Boisgelin avait donc, en arrivant à Aix, une double charge à remplir : gouverner un grand et beau diocèse et y faire fleurir la religion, l'ordre et la paix; diriger l'administration d'une province considérable dont les intérêts matériels lui étaient confiés."
  "Gallia Christiana" de Joseph Hyacinthe ALBANES (1822-1897) - site Gallica de la Bibliothèque Nationale.


Monseigneur de Boisgelin siégea donc au Parlement de Provence et aux Etats de Provence dont il fut le Président et prit des décisions importantes pour lutter contre la misère en développant l'éducation, l'agriculture et l'industrie.

canal










Ses bienfaits en Provence

Contre l’avis des autorités, il acheta, sur avance de ses propres deniers, du grain pour enrayer une sévère disette, en 1772,

Il fit entreprendre la construction de routes, de ponts, et creuser un canal pour l’irrigation,
Selon son principe «"l'Education est le remède à la Misère" il veilla à l’amélioration de l’enseignement dans les séminaires, et créa une Institution pour jeunes filles à Lambesc : "En 1786, il fit venir en Provence trois religieuses des "Filles de Saint-Thomas de Villeneuve".  Elles créèrent une institution pour jeunes filles pauvres à Lambesc, dirigée par Mère Pauline, et furent à l'origine d'une nouvelle congrégation, les Sœurs de Notre Dame de Grâce, qui existe toujours.


soeurs
 
hotelUne demeure prestigieuse :

Lors de réceptions fastueuses, la haute société aixoise se pressait dans les salons d'honneur du Palais de l'Archevêché, "l'un des plus grandioses de France" (d'après André Bouyala d'Arnaud,  "Evocation du Vieil Aix-en-Provence")  dont l'origine remonte au XIVème siècle et qui, depuis, avait été considérablement agrandi et embelli au gré de ses occupants successifs.
Monseigneur de Boisgelin y fit entreprendre de grands travaux de rénovation qui rendirent à ce beau bâtiment l'éclat que ses prédécesseurs avaient quelque peu négligé depuis les derniers travaux effectués un demi-siècle plus tôt pour Monseigneur de Vintimille.
Depuis 1910, le palais abrite le Musée des Tapisseries. Il présente, entre autres, trois séries de tapisseries précieuses qui furent retrouvées au début du XIXème siècle, cachées dans les combles. Elles appartenaient peut-être à Monseigneur de Boisgelin, ou bien elles avaient été entreposées chez lui à la Révolution.  

tapisserie


oeuvres1789 : Elu député du Clergé aux Etats Généraux, il proposa plusieurs idées dans des discours très bien argumentés mais il refusa de prêter serment à la Constitution Civile du Clergé.
Considéré comme réfractaire, il dut se réfugier à  Londres pendant une dizaine d'années. Son remplaçant à Aix, Charles-Benoît ROUX, curé d'Eyragues,  nommé  "évêque constitutionnel des Bouches-du-Rhône", eut un triste destin : il fut guillotiné à Marseille, le 5 avril 1794.

Après le Concordat (1801) Monseigneur de Boisgelin  rentra en France et remit au pape Pie VII sa démission de l’Archevêché d'Aix. Il fut nommé archevêque de Tours par Bonaparte en 1802  puis élevé au rang de cardinal en 1803 par le pape Pie VII.

4 juillet 1804  : Il fut nommé Grand officier de la Légion d'Honneur.

22 août 1804 : Il décéda à Angervilliers (Essonne).
 



 
Sources : AC Aix, AD-dépôt d'Aix, Bibliothèque de l’Archevêché (recherches Mireille Mouttet AG13), Bibliothèque Méjanes, Bibliothèque Nationale (site : Gallica - Internet)
Réalisation : Michèle Renoux, AG13-Antenne d'Aix – 2008

Activités de l'antenne aixoise de l'AG.13

poster    




Retour à la liste alphabétique

Vers le plan d'Aix en Provence

Retour à l'accueil



Panneau de l'exposition
      



retour haut de page