plaqueFamille DUPERRIER

(du 16ème au 18ème siècle) 

(du PERIER, du PERRIER ou DUPERRIER, jusqu'à DUMOURIEZ)


                

blasonEn 1894, le nom des Duperrier fut donné à une rue paisible du Faubourg, jusqu'alors connue sous le nom de rue Saint-Hypolite.

Pendant plusieurs générations, cette famille a donné de nombreux Conseillers au Parlement de Provence, des poètes et des magistrats, qui tous ont fait honneur à la ville. Tant par ses fils que par ses filles, elle conclut des alliances avec les meilleures familles provençales : les Boyer d'Argens, Duranty-St-Louis, Etienne, Fabry-Rians, de Fauris-Saint-Vincent, Garnier de Montfuron,  etc… (d'après le Nobiliaire de Provence, de René Borricand).
      
Il y eut des personnages célèbres à chaque génération; nous en évoquerons quelques uns :

 Gaspard du PERIER , fils d’un noble échevin de Lyon, fut Conseiller au Parlement d'Aix de 1502 à 1530 (date de sa mort, à Aix). C’est lui qui fit construire l'hôtel du Périer en 1510.  La maison en pierres de taille, située place des Prêcheurs, resta dans la famille jusqu'en 1780. Un voisin, le Conseiller Arnaud Borrilli, avait exigé et obtenu par décision de justice en 1564 la démolition de la partie de la maison au-dessus de l'ancien passage Saint-Sulpice reliant la Place des Prêcheurs à la rue Rifle-Rafle appelé aussi "le Portalet". Cette partie fut reconstruite en 1590, elle est encore visible de nos jours.
Son fils, Laurent du PERIER, né à Aix, licencié en Droit, Avocat au Parlement d'Aix, fut avec ses deux mariages à l'origine de deux branches différentes :

1) Son premier mariage avec Honnorade MUROT (CM 15/08/1556 Aix), donna la branche aixoise, avec un fils, François.

François du PERIER,  Premier Consul d'Aix, qui aimait les lettres comme son aïeul, fit venir de Lyon en 1595 le maître-imprimeur Jean Tholozan qui installa son atelier au rez-de-chaussée de l’Hôtel du Périer, place des Prêcheurs.
"Se conformant au vœu de Gaspard du Périer de voir sa maison abriter toujours une "librairie" sur la place des Prêcheurs,  la librairie Dragon garde le plafond d'origine. "  (en poutres de sycomore) - Jean Paul Coste "Aix-en-Provence  et le Pays d'Aix"
   
hotelCette tradition fut maintenue pendant plusieurs siècles, puis abandonnée lorsque disparut la librairie Dragon il y a quelques années.
François du PERIER fut aussi poète, il écrivit dit-on "des vers estimés mais qui ne sont pas parvenus jusqu'à nous". Son salon était fréquenté par de nombreux poètes dont son ami  Malherbe. C'est à la mort de la petite Marguerite Dupérier que Malherbe composa "Consolation à Monsieur du Périer sur la mort de sa fille", dont voici les vers les plus connus :

 "Et rose elle a vécu ce que vivent les roses,
  L'espace d'un matin."


La lignée aixoise s’éteignit avec Charles Philippe du PERIER, dit le Marquis de Montcravel,  officier des Gardes Françaises, "écuyer de main" des rois Louis XV et Louis XVI, qui vendit l'hôtel du PERIER en 1780 et se retira à Paris où il mourut peu après sans descendance.

2) de l’union en secondes noces de Laurent du PERIER avec Louise ALPHERAN (CM 14/11/1573 Aix) naquit Claude du PERIER, baptisé à Aix (La Magdeleine) le 09/07/1577, qui devint Avocat à la Cour et Conseiller au Parlement d'Aix et fut à l’origine de la branche Dumouriez

De du PERIER à DUMOURIEZ :  L'évolution se fit à partir de la branche issue du second mariage de Claude du PERIER avec Anne de MORIES (CM du 24/10/1619 à Lorgues, Var), puis du mariage de leur fils François du PERIER avec une autre Anne de Moriès, sa cousine, dont plusieurs de leurs enfants et petits-enfants se firent appeler du PERRIER du MORIES (qui se prononçait Mouriès en Provence). A Paris, ce patronyme subit une nouvelle altération car il était prononcé Mouriez, d'où DUPERRIER DUMOURIEZ, puis plus simplement DUMOURIEZ.

François DU PERIER du MOURIEZ, fils du François précédent (un des premiers à utiliser ce nom) naquit à Aix vers 1650 et eut une existence hors du commun :  il débuta comme comédien dans la troupe de Molière sous le nom de "Provençal". Au cours d'une tournée aux Pays-Bas il fut impressionné par une pompe à bras destinée à éteindre les incendies. Dès 1699 il la présenta à Louis XIV qui l'autorisa à l'exploiter et, en 1716, une ordonnance royale le nomma "directeur général des pompes du Roy"  et douze pompes furent mises en service à Paris.
general dumouriezAprès sa mort à Paris le 21/06/1723,  un de ses fils, François Nicolas DUPERIER du MOURIEZ hérita de cette charge.
Il eut une très nombreuse descendance (au moins seize enfants), issue de deux mariages.

- de son premier mariage, citons un de ses petits-fils, Charles François DUPERIER DUMOURIER , né au Mans vers 1746, qui fut grand Vicaire et Archidiacre du Mans, puis Evêque de Tulle puis de Bayeux et qui  « fut frappé d'apoplexie dans sa cathédrale le jour de Pâques alors qu'il célébrait les saints mystères et mourut le surlendemain 17avril 1827 ».

- de son second mariage, citons un de ses fils Anne-François DUPERRIER-DUMOURIEZ (1707-1769), Intendant de l'armée du maréchal de Broglie, et poète, dont on a dit que « alors qu'il souffrait de la maladie de "la pierre" il écrivait des  vers pour se distraire ». Il composa "Richardet" (1764) inspiré d'un poème italien de Niccolò Forteguerri.

Et surtout il fut le père de Charles François du PERIER dit DUMOURIEZ, né à Cambrai en 1739, qui devint le célèbre Général Dumouriez, le vainqueur de Valmy et de  Jemmapes.
       



Sources : AD et Bibliothèque Méjanes (usuels)
CD Rom AG13 - "Les Rues d'Aix" de Roux-Alphéran;
Internet : "Les Anciennes Familles de Provence"; Wikipedia
Réalisation : Michèle Renoux, AG13 antenne d'Aix – 2008

Activités de l'antenne aixoise de l'AG.13

poster


Retour à la liste alphabétique


Vers le plan d'Aix en Provence


Retour à l'accueil





Panneau de l'exposition






Retour haut de page