plaquePierre Amédée Emilien Probe JAUBERT  (1779 - 1847) 

Orientaliste & Diplomate



AN    Il est né à Aix, au n° 36 du cours Mirabeau, le 3 juin 1779. Cet aixois de souche s’exile à Paris où il est l’élève de Silvestre de Sacy qui lui enseigne les langues orientales. En 1798 (il n’a que 19 ans), il part pour l’expédition d’Egypte, en qualité de secrétaire interprète du général Bonaparte. Il traduit ses discours, sa correspondance et rédige les traités conclus par la France avec les peuples du Liban. Il reviendra en France avec Bonaparte en Octobre 1799.

     
Bonaparte l’envoi en mission en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.
     
   En 1805, Napoléon désormais Empereur le charge d’aller négocier un traité avec le shah de Perse : il se rend à Constantinople (Istanbul) puis à Téhéran pour convaincre le shah d’adhérer à l’alliance française contre les Russes et les Anglais.

       Voici le récit qu’en fait Roux Alphéran dans son livre « Les Rues d’Aix »:
              « Dans le trajet de Constantinople à Téhéran, il fut arrêté prés de Bayazid par le pacha de cette ville, dépouillé des riches présents qu’il portait au schah et jeté au fond d’une caverne desséchée, où il resta prisonnier près de quatre mois avec un fidèle serviteur, il n’échappa à la mort que par celle du pacha et de son fils, qui avaient donné l’ordre formel de le faire périr. Il fut alors délivré, les présents lui furent rendus et il put parvenir, après mille dangers, d’abord, auprès de d’Abbas-Myrza, héritier du trône de Perse, ensuite auprès de Feth-Ali-Shah, par qui il fut reçu avec la plus grande distinction, et qui l’honora de plusieurs entretiens sans interprète. »

                               
arbre        La Restauration laisse ce savant diplomate pratiquement sans emploi. Il accepte cependant en 1818 la mission que lui confie Louis XVIII : aller en Asie pour acheter des chèvres de race tibétaine à duvet de cachemire, il ramena en France quatre cents chèvres sur les treize cents qu’il avait achetées. (Roux Alphéran – Rues d’Aix)

        Vers la fin du régime, revenu en grâce, il prend part aux négociations du traité d’Andrinople (15 septembre 1829) entre l’Empire Ottoman et la Russie. Le tsar signa avec les turcs la reconnaissance de l’indépendance de la Grèce. Il est professeur de persan au Collège de France, professeur de turc à l’Ecole des langues orientales, il sera nommé directeur de cette école en remplacement de son maître Silvestre de Sacy en 1838. 


        La Monarchie de Juillet le comble de faveurs, mais il est aussi honoré et décoré par des gouvernements d’Europe et d’Asie.


        Le chevalier Jaubert est décédé le 18 Janvier 1847 dans son château de Gillevoisin près d’Etampes (Essonne).

======

Il a écrit – ou traduit - de nombreux ouvrages dont :

    * Voyage en Arménie et en Perse,
    * Voyage d’Orenbourg à Boukhara,
    * Il rédigea une grammaire turque,
    * Il a traduit la Géographie d’Edrizy (livre arabe)

======

légionSes titres, décorations et distinctions

        Pierre Amédée Emilien Probe JAUBERT par décret impérial du 9 janvier 1807 a été décoré de la Légion d’Honneur. Chevalier d’Empire, il reçut pour armes  « De sinople au chevron d'or accompagné en chef d'un croissant du même, les pointes à dextre; à la fasce de gueules, brochante et chargée du signe des chevaliers légionnaires. »

        Pair de France et conseiller d’état sous la Monarchie de Juillet (1841). Il sera fait Officier de la Légion d’Honneur par Louis Philippe le 24 avril 1848
        Chevalier de l’Aigle Rouge de Prusse, du Lion et du Soleil de Perse.
        Il appartenait notamment aux Instituts Royaux de Hollande (1809) et de Belgique (1822) ; il était membre actif de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres (1830), ainsi que de nombreuses sociétés savantes, fondateur des Sociétés Asiatiques et de Géographie.

        Il était aussi membre de  l’Académie d’Aix. 

=====

C’est à savoir :

        A la fin de l’été 1799, pendant la campagne d’Egypte, les armées françaises subissent des revers en Europe. Bonaparte décide de rentrer précipitamment à Paris, laissant Kléber au commandement des troupes sur le sol égyptien. Le 9 Octobre 1799, la flottille française mouille dans le golfe de Fréjus… On manquait de voitures… Jaubert écrit au Maire d’Aix, mais celui-ci craignant d’être mystifié soumet la lettre à la grand-mère d’Amédée – rassurée par elle – il envoya à Fréjus trois voitures attelées de quatre chevaux.
        A son passage à Aix, Bonaparte alla remercier la vieille dame en l’embrassant. Le 16 Octobre 1799 il était à Paris.
Source : La Méjanes « Notice sur le Chevalier Jaubert (Féraud-Giraud)

dénomination

=====

Dénominations de Rues
D.1 –Art. 32 – du 9 Mai 1894 - Décret du 30 Novembre 1894
Autorisation Préfectorale du 18 Décembre 1894
La Rue Sainte Claire prendra le nom de Rue Jaubert


=========


Sources : Archives Départementale 13 – dépôt d’Aix – Archives communales Aix
Archives Nationales – Base Léonor – Cité du Livre : La Méjanes  – Internet –
Ouvrages consultés : Encyclopédie des Bouches-du-Rhône
Nobiliaire de Provence – René Borricand –
Les Rues d’Aix –Roux Alphéran –
Notice sur le Chevalier Jaubert (Féraud- Giraud) -



Poster de l'exposition
poster

Activités de l'antenne aixoise de l'AG.13

Retour à la liste alphabétique

Vers le plan d'Aix en Provence

Retour à l'accueil


Retour haut de page