plaqueFamille MATHERON


 Jean MATHERON, Seigneur de Salignac et de Peynier, Chevalier d’Entrepeires


    Un des plus grands hommes de son temps en raison de sa grande capacité dans les affaires et qui fut en conséquence titulaire de nombreuses charges. On peut considérer qu’il fut ambassadeur de René, Roi de Sicile et Comte de Provence.
    Celui-ci l’appelait d’ailleurs son " Bon Compère". Ainsi fut-il envoyé chez le Duc de Milan : Galéas - Marie Sforza qui en  preuve de son estime le créa Chevalier de son ordre le 28 janvier 1468 tandis que le Roi René satisfait de sa mission le fit Maître des Requêtes puis Maître Rational en 1470.

portrait
    Ambassadeur aussi du Pape Sixte IV qui pour le récompenser de son mérite le nomma Chevalier de St Jean de Latran par bulle du 8 février 1474 avec de singuliers privilèges : avoir son autel portatif pour faire dire la messe, créer des notaires et légitimer des bâtards.
   Le Roi René le fit ensuite Juge en Provence et Conservateur des monnaies. Mais hélas René meurt à Aix le 10 juillet 1480.Les Princes se disputent la Provence et Jean prend parti pour René II, Duc de Lorraine et petits fils du Roi René,contre Louis XI. Celui-ci par représailles saisit ses biens et lui ôte ses offices.
   Un an après, en 1483, Louis XI meurt et Jean rentre à nouveau en grâce sous le régence d’Anne de France, sœur de Charles VIII, fils de Louis XI et futur Roi de France. Il reçoit alors l’office de Grand Président en la cour des Maître Rationaux d’Aix et celui de Conservateur des Juifs de Provence. Deux ans plus tard le roi le nomme Chambellan et, méditant la conquête du Royaume de Naples, lui confie l’Ambassade de Florence pour faciliter le passage de l’armée française.
   De retour en France, la ville d’Aix le chargea de demander au Roi que les Syndics portent le nom de Consuls, comme y étaient autorisés ceux d’Arles, de Marseille et d’Avignon, ce qui lui fut accordé en 1490.
Envoyé de nouveau à Rome il y mourut en février 1495 et y fut enterré avec beaucoup de pompe dans l’Eglise de la Minerve.

René MATHERON, Seigneur de Peynier, Consul d'Aix (1499 - 1505 - 1513 - 1521) et Viguier de Marseille (1500)

Filleul de René, Roi de Sicile et Comte de Provence, c’est un des premiers gentilhomme de la ville d’Aix. Il eut une très grande autorité et a joui de beaucoup de faveurs. Le 11 septembre 1521 il fait son testament par lequel il élit sa sépulture en l’église des Prêcheurs dans la Chapelle des Matheron. Il institue pour héritier son fils Guillaume qui,  sans postérité, désignera son neveu Louis d’Isoard « sous condition de venir habiter Aix et de porter les noms et armes des Matheron ». Il participe à l’élection consulaire en prêtant serment de fidélité à Louis XII au nom de la Provence.
   Mort le 3 février 1534 il est, selon ses volontés, inhumé à l’église des Prêcheurs.

arbre

recto du diptiquediptique verso
















devise
CHARLES de VOLAND de MATHERON, Seigneur d’Aubenas, Salignac et Entrepeires


Procureur du Païs en 1664 fut député vers le Roi, la même année, par le corps de la Noblesse. Il s’acquitte de cette commission avec tant de succès que ce même corps le députa deux nouvelles fois à Paris en 1671 et 1679.

Charles était, paraît-il, un des plus beaux génies de son siècle et fut en relation avec tous les savants de l’Europe. Versé dans les mathématiques et l’astrologie, il fit établir une << ligne méridionale publique >> sur une façade de l’Hôtel de Ville ?


 RUE MATHERON

La rue Matheron, ancienne rue de la Fustarié (de la Charpenterie) constituait une des rues résidentielles et aristocratique d’Aix.
On trouve dans cette rue à laquelle la famille a donné son nom :

N°1- Maison des Nas, famille qui eut plusieurs Consuls au XVe et XVIe s.
n°2- Hôtel de Thomassin de Loubet Rognac du XVIIe . Porte ornée d’un curieux mascaron.
n°4- Hôtel de Thoron -Seigneur de Thoard, Conseiller au Parlement au début du XVIIe s. puis en 1732 aux Isoard de Chénerilles et cédé il y a quelques années.
L’arrière de ces deux hôtels donne sur la Rue Loubon.
n°6- Hôtel de Matheron.
n°12- Maison de l’écuyer de St Marc, de la fin du XVIIe.
n°16- Maison de Boniface de Fortis qui fut 2 fois Maire sous l’Empire.
n°17- Maison des Aguillenqui où habita la Mère Agnès, Supérieure des Capucines de Marseille qui aurait après sa mort fait des miracles.

rue
HOTEL de MATHERON


Etienne de Matheron achète une maison en 1349 dans la Rue Fustarié.
    Au XVe s. Jean de Matheron procède à un agrandissement de cette maison. Il achète à Honoré de Borrillis l’immeuble contigu au sien en façade sur la même rue. Puis à Honoré Gréasque, François Trochet et Barthélémy les 3 maisons situées derrière la sienne en façade de la rue Loubon, pour les démolir et créer un jardin qui sera terminé en 1496.Il deviendra plus tard une simple cour,des écuries et des communs. Une légère irrégularité dans l’intervalle des fenêtres permet de s’apercevoir de ces acquisitions.

hotelL’escalier qui est un des plus anciens d’Aix comporte une cage carrée occupée par des volées disposées autour d’un vide central. Ce vide étant étroit et la technique hésitante ont conduit les maîtres d’œuvres à supporter ces volées au moyen de 4 épais poteaux de bois.
La maison fut habitée par la famille pendant au moins 5 siècles.

Sources :
Archives départementales des B-du-Rh.
Artefeuil, de Haitze, René Borricand,
J-P coste, J-J Gloton, Dolan-Leclerc dans
« Histoire d’Aix-en-Provence ».
Réalisation : Christiane Salomon

Activités de l'antenne aixoise de l'AG.13

Retour à la liste alphabétique

Vers le plan d'Aix en Provence

Retour à l'accueil


Poster de l'exposition
poster

Retour haut de page