plaquePierre PAVILLON

(1612 - 1670) 

Architecte sculpteur


       Architecte sculpteur parisien en Provence, Pierre Pavillon appartient à une famille d’artistes parisiens. Son père Henry est peintre. Ses deux frères, Claude peintre et Henry sculpteur travaillèrent à Paris au milieu du XVIIème siècle. Pierre Pavillon est supposé être mis en apprentissage par son père dans l’atelier d’un sculpteur parisien entre 1625 et 1630. Il travaille plusieurs années dans sa ville natale avant de prendre le chemin de la Provence.
      

arbre



Quelques dates :


- 20/02/1612 : naissance à Paris
- 15/02/1638 : mariage de Pierre Pavillon à Madeleine Clemens,
- 1643 : décès de la mère de Pierre Pavillon ; procuration à son père pour le représenter dans le règlement de la succession,
- 1645 : nouvelle procuration à son père pour la vente d’une maison lui    venant de sa mère,
- 1648 : naissance de son premier fils, Balthazar,
- 1651 : naissance de son second fils, Jean et décès du père de Pierre Pavillon,   
- 18/12/1653 : second mariage de Pierre Pavillon à Madeleine Grivet,
- 1655 : naissance de Magdalène,
- 07/01/1662 : vente par Pierre Pavillon d’une partie de la maison qu’il possède à la rue des Mourons,
- 1670 : naissance de François,
- 24/10/1670 : terrassé par la maladie, Pierre Pavillon dicte à son notaire J. André ses dernières volontés.
AM
Il lège à son fils Balthazard tous les livres, tableaux, instruments, figures … qui sont présents dans son cabinet. A charge à lui de donner 12 livres à ses frères lors de leur majorité, et 25 livres à ses sœurs, le jour de leur mariage. Il institue Madeleine Grivet héritière universelle de tous ses biens. Il ne peut signer l’acte à cause de l’infirmité de sa main droite.



Son œuvre :

      
  Considéré comme excellent architecte et très bon sculpteur, Pierre Pavillon réalisa en collaboration de Jean-Claude Rambot :
* L’hôtel de l’Estang Parade,
* L’hôtel de Maliverny,
* L’hôtel de Nibles,
* Le Pavillon de l’Enfant, et probablement l’hôtel de Boisgelin,
ainsi qu’avec la participation de Jacques Fossé, les cariatides de :
* L’hôtel d’Espagnet,
* L’hôtel d’Arbaud,
* L’hôtel d’Agut,
* L’hôtel d’Albertas,
* Le Pavillon Vendôme (fut l’un des plus purs chefs d’œuvre du temps, au XVIIème et XVIIIème siècles) que Louis Mercoeur, Duc de Vendôme, Gouverneur de Provence et Cardinal se fit construire [hors murs] dans un enclos acheté en 1664 et dont Pierre Pavillon et Jean-Claude Rambot terminèrent l’édifice en 1667.
             
      
façade hotel      
       Pierre Pavillon est étroitement associé à la construction d’un ensemble d’églises et de chapelles édifiées à Aix en Provence entre 1625 et 1670, qui se caractérisent par une incontestable fidélité aux formules de l’art gothique au midi de la France.
    Il réalisa entre autres, à l’église de la Visitation, les sculptures intérieures (frises, médaillons, encadrements de niches…) ainsi que les sculptures intérieurs (chapiteaux, frises, corniches, culots…).
    La statue de Sainte Madeleine à la grotte de la Sainte Baume (statue détruite sous la Révolution).

    L'œuvre principale à laquelle collabore également Jacques Fossé est l’hôtel de ville d’Aix en Provence, commencé en 1656 et achevé en 1658, où Pierre Pavillon réalise les sculptures des façades sur rue et dans la cour (Vierge de la niche dans la cour, inscription en lettres d’or « HOTEL DE VILLE »).
porte
    Entre 1664 et 1668, Pierre Pavillon sculpta sept statues de 2 mètres de haut en pierre de calissanne, représentant des personnages de l’ancien testament :

* Le patriarche Noé,
* Le grand prêtre Aaron,
* La prophétesse Déborah,
* Le roi Saül,
* David, vainqueur de Goliath,
* Marie, sœur d’Aaron,
* Jael tuant Sisarah.

       Ces sept statues auxquelles il faut rajouter celle d’Esther proviennent de la chapelle de la congrégation des Jésuites. Elles furent acquises en 1791, lors de la suppression des Jésuites, par Joseph Sec, marchand de bois, qui les installa dans le jardin de son pavillon.


statuePanneau réalisé par Françoise DOS SANTOS et Agnès BRENGUIER
Sources : Bibliothèque Méjanes  Aix en Provence - Archives de l’art français – nouvelle période –
       Tome 23 « documents inédits sur l’art français du XVIII°siècle » de Jean Boyer.


Activités de l'antenne aixoise de l'AG.13

Retour à la liste alphabétique

Vers le plan d'Aix en Provence

Retour à l'accueil











Panneau de l'exposition
poster

Retour haut de page