plaque


FAMILLE PEYSSONNEL


   Lorsque j’ai choisi de travailler sur cette rue du Quartier Mazarin, j’ai d’abord pensé qu’il s’agissait de la famille Peyssonnel qui possédait une maison dans le quartier. Parmi eux il y avait eu des avocats, des juristes et des assesseurs au 17ème siècle, que M. Roux-Alphéran nous dit être les co-seigneurs de Fuveau. Puis j’ai appris qu’il existait une autre famille Peyssonnel,  des médecins marseillais dont l’un Charles Balthazar s’était illustré pendant la peste de 1720, et que son fils Jean André, également médecin, l’avait assisté dans cette épreuve. Grâce au travail de recherches de mes amis généalogistes à l’AG 13 : Georges Reynaud et François Barby qui ont établi la généalogie de Jean André, et après avoir consulté « l’Histoire de la noblesse provençale » d’Artefeuil, j’ai pu se faire rencontrer les deux branches.

arbre   
   Cependant quelque chose me chagrinait, la maison des Peyssonnel n’était pas dans la rue Peyssonnel mais dans la rue Roux-Alphéran.

   Lorsque j’ai rencontré M. Bernard Terlay, Conservateur du Musée Granet, celui-ci m’a fait très justement remarquer que le nom de Peyssonnel avait chassé celui de St Claude à la période où les élus ont remplacé les noms de rue à évocation religieuse. Ce Peyssonnel était un « conventionnel ». Je me suis donc mise à la recherche de ce conventionnel. La  Méjanes regorge de livres précieux et là, j’ai pu identifier le fameux Conventionnel. On ne peut pas dire qu’il est aixois mais les élus de 1894 l’ont « adopté ».

   Comme ils sont tous parents, ils figurent sur le tableau généalogique qui est présenté ici.
























 







délibération







Délibération du Conseil Municipal du 9 Mai 1894









       Les Co-seigneurs de Fuveau


   Artefeuil dans son Histoire sur la noblesse de Provence fait descendre les Peyssonnel d’une famille Pescicelly originaire du Royaume de Naples… mais cette origine est contestée ! Henri de Peyssonnel qui figure sur le tableau généalogique serait arrivé en Provence vers 1590, on trouve trace d’un mariage à Draguignan. Son fils Jean (dit Jean II) s’est établi à Aix. Avocat, Juriste renommé, il sera assesseur d’Aix en 1658/59.

Il a eu quatre fils :

* Jacques (1637-1705) Avocat, Assesseur d’Aix en 1676 et en 1683, syndic de robe de la noblesse,

* Ambroise, dont on ne sait pas grand-chose, né vers 1640,

* Sauveur (1642-1689), tué devant Landau, Maréchal de camp, fait Marquis par Louis XIV qui l’appelait « le brave Peyssonnel »,

* François (1645-1690) servit dans les mousquetaires du roi et sera second consul d’Aix en 1687 – co-seigneur de Fuveau.

C’est cette famille qui possédait la maison dans la Rue Roux-Alphéran.
   A Fuveau, leur château, à côté de l’église paroissiale, se trouvait tout en haut du village, actuellement c’est le « Cercle Saint-Michel » qui occupe les lieux.



Jean-André PEYSSONNEL (Marseille 1694 – Guadeloupe 1759) a fait une triple carrière de médecin, de voyageur et de naturaliste.  Etabli comme médecin royal à la Guadeloupe à partir de 1727, mais dès l’âge de 16 ans, il avait visité les Antilles et les bouches du Mississippi, avant de se rendre en Egypte (1714-1725) et au Maghreb (1724-1725). Il s’est intéressé à l’océanographie, la botanique, la géologie, et surtout à la zoologie marine, sa découverte capitale étant celle de la nature animale du corail, rangé jusqu’alors avec les « plantes pierreuses », idée si neuve qu’il lui faudra 15 ans pour s’imposer auprès de savants tels que Réaumur ou Jussieu. Membre correspondant de l’Académie des Sciences (1723) et de la Royal Sociéty, il fut aussi l’un des fondateurs de l’Académie de Marseille (1726).
(Extrait de la brochure « Les Provençaux illustres » article de MM.Reynaud et Barby – Editions du CGMP et de l’AG.13)

politique    Dans une autre revue : Histoire des Sciences Naturelles depuis leur origine jusqu’à nos jours par J.Pizzetta  (Galerie des Naturalistes) édition 1893, j’ai relevé à peu près la même chose avec des termes plus techniques….. La  véritable nature des polypiers avait été jusqu’alors méconnue ; Marsigli dans son Histoire de la mer, avait décrit les prétendues fleurs de coraux, et Tournefort les considérait comme des plantes marines. Ce fut Peyssonnel, chirurgien de la marine française, qui, dans un mémoire publié en 1727, affirma, le premier, que les prétendues fleurs de coraux sont des animaux agrégés, et que les parties solides des coraux, des madrépores et autres lithophytes, ne sont que les tests agglomérés servant d’habitation à ces animaux. (…). Ce ne fut qu’après qu’Abraham Trembley eut publié ses expériences sur l’hydre d’eau douce (1744) qu’on reconnut, dans ces polypes, le type des animaux des coraux.




Charles-Claude  PEYSSONNEL
 (Marseille 1727 – Paris 1790)

Il est le fils de Charles, qui a fréquenté l’Université d’Aix, Avocat en 1723, Ambassadeur à Constantinople (Istambul) puis à Smyrne (Izmir) et de Anne du Four. Il est le neveu de Jean-André de Peyssonnel.
Charles-Claude de Peyssonnel sera Consul en Crimée en 1753, Consul Général à Smyrne (1766-1778). Auteur d’importants ouvrages, il a été l’un des rédacteurs de la  Bibliothèque de l’homme public, ouvrage périodique publié par Condorcet. Nous pouvons consulter à la Cité du Livre d'Aix en Provence plusieurs de ses ouvrages et notamment celui intitulé :  « Situation politique de la France et ses rapports actuels avec toutes les puissances de l’Europe » répertorié  F.2147 imprimé en 1790 faisant partie du legs du Docteur Daumier, dont vous trouverez extraits sur ce panneau. On trouve dans cet ouvrage les prémices de la chute de la monarchie et de l’institution de la République.




discours 2discours 1

Sources : Archives Départementales 13 dépôt d'Aix - Archives Communales d'Aix
Cité du Livre : La Méjanes - Musée Granet

Ouvrages consultés :
Les Rues d’Aix de Roux Alphéran - Evocation du Vieil Aix en Provence de  Bouyala d’Arnaud - Recherches archéologiques et historiques sur Fuveau de l'Abbé Chaillan - Histoire des Sciences Naturelles (1893) de J. Pizzetta  – Les Provençaux illustres (BB de l’AG.13) de MM Reynaud et Barby - Histoire Héroïque et Universelle de la Provence (Artefeuil) - Nobilitaire de Chesnay-Desbois
Situation politique de la France (1790) Charles Claude Peysonnel (La Méjanes)
Pour établir l’arbre généalogique : Artefeuil  et Chesnay-Desbois
Remerciements à M. Bernard TERLAY (Musée Granet)

Recherches et Réalisation du panneau : Huguette GARRIDO

Activités de l'antenne aixoise de l'AG.13

poster



Retour à la liste alphabétique

Vers le plan d'Aix en Provence

Retour à l'accueil




Panneau de l'exposition


      



retour haut de page