plaqueJean Etienne Marie PORTALIS

(1746 - 1807)

Jurisconsulte, Père du Code Civil


portrait JEM
   Il est né au Bausset dans le Var le 1er avril 1746.  Avocat à 19 ans, il vit durant 30 années, de 1765 à 1790, à Aix-en- Provence dans son cabinet  sis au 25 rue de l’Opéra.

En 1775, il se marie avec l’aixoise Marguerite Simeon, fille de son professeur de droit canonique, avocat au Parlement d’Aix.

  Il est élu assesseur de la ville en 1794 puis procureur du Pays de Provence
en 1787. Il acquiert une notoriété nationale en participant à des procès retentissants notamment en plaidant la cause de la Comtesse de Mirabeau contre son mari et à l’occasion du procès intenté contre Beaumarchais, et en raison de son rôle important dans l’administration.
 
  En 1794, après la terreur, il entame sa période parisienne qui le conduira aux plus hautes fonctions. En 1795 il est élu député au Conseil des anciens (ancêtre de notre Sénat actuel). L’année suivante il en sera le président, figurant en tant que chef du parti constitutionnel.
AB JEM
   







statue JEM












   Il est présenté à Bonaparte en 1800 et devient membre du Conseil d’Etat. Puis, il est nommé à la rédaction du Code Civil dont il est le plus éminent et le plus influent des architectes.
   Bonaparte le choisit en 1803 pour siéger sous la coupole qui deviendra plus tard l’Académie Française. En 1804 il devint le premier Ministre des Cultes.

Il meurt le 25 août 1807 à PARIS.

   L’œuvre de Jean Etienne Marie PORTALIS fut considérable, tant sous l’Ancien Régime que sous le Directoire, le Consulat et l’Empire. Aussi Napoléon décréta-t-il, à sa mort, des funérailles nationales et son inhumation au Panthéon.  
acte inauguration statue
 
portrait JM PJoseph Marie PORTALIS

   Premier comte PORTALIS, né à Aix-en-Provence en 1778, il fut un diplomate et homme politique reconnu.
D’abord secrétaire de son père Jean Etienne Marie PORTALIS qu’il avait suivi en exil, il se dirigea vers la carrière diplomatique. Il accompagna Joseph Bonaparte lors du traité de Lunéville et du traité d’Amiens. Il fut ensuite plénipotentiaire auprès de la Confédération germanique.
portrait N2 de JM P
  En 1805, il fut rappelé à PARIS auprès de son père devenu aveugle et assuma le secrétariat général du Ministère des Cultes. En 1808, il entra au Conseil d’Etat d’où l’Empereur le chassa en janvier 1811. En 1813, sur l’insistance du Comte Mole, l’Empereur le rappela et le nomma Président de la Cour d’Appel d’Angers jusqu’à la fin des Cent Jours.

  Conseiller d’état, il fut successivement Président de la Cour de Cassation en 1824, Garde des Sceaux du Ministre Martignac de 1828 à 1829, puis ministre des Affaires étrangères du 14 mai 1829 au 7 août 1829. 
Premier président de la Cour de Cassation en 1829, il fut nommé membre de l’Académie des sciences morales et politiques en 1832.

Il prit sa retraite de la Cour de Cassation après la Révolution de 1848 et fut nommé Sénateur le 26 janvier 1852.

Il mourut à Passy le 5 août 1858.



arbre

Sources : Archives départementales 13 dépôt d'Aix -  Archives Communales d'Aix - Bibliothèque Méjanes -
Recherches : Marie-Hélène RENNESSON et Annie VIDAL  
Confection du panneau : Annie VIDAL


Activités de l'antenne aixoise de l'AG.13



poster



Retour à la liste alphabétique


Vers le plan d'Aix en Provence


Retour à l'accueil



PANNEAU DE L'EXPOSITION




Retour haut de page