plaqueHonoré Armand, Duc de VILLARS

(1702 - 1770) 

                                                             Gouverneur de Provence

portraitSA VIE

   Honoré-Armand, marquis, puis duc de Villars, prince de Martigues, fut élu l’un des 40 de l’Académie Française, naquit le 4 décembre 1702, fils du Maréchal Louis Hector, aussi gouverneur de Provence.

   A 16 ans, il fut fait mestre de camp d’un régiment de cavalerie (mars 1718). Il fit en cette qualité quelques campagnes sur le Rhin et au-delà des Alpes. Il servait en 1733, en Italie, sous les ordres de son père, et ayant apporté à Louis XV, le 4 janvier1734, la nouvelle de la prise du Château de Milan, il fut nommé brigadier, le 13 février suivant. Quelque mois après, la mort de son père, le mit en possession de la grandesse d’Espagne et du gouvernement de Provence. Il remplaça même le maréchal à l’Académie Française, où il fut reçu le 09 décembre 1734. Enfin en 1736, il fut fait chevalier de la toison d’or. Il sût se faire aimer dans la province dont il était gouverneur.

   Comme académicien, il justifie le choix de ses confrères par sa déférence, par son amour pour les lettres, et par goût éclairé avec lequel il les cultiva jusqu’à la fin de sa vie.

   Durant un séjour qu’il fit à Paris, il se lia intimement avec Alembert, il devient  l’ami de Voltaire qui parle de lui avec éloge dans maints endroits de sa correspondance.

   En Provence Honoré-Armand duc de Villars partageait son séjour entre Aix et Marseille. Il réside quelques temps dans l’Hôtel particulier, situé au n° 4 du Cours Mirabeau à Aix en Provence.

   Ses mœurs douces et faciles, sa bienfaisance, son zèle pour les établissements utiles, pour le soulagement et pour l’instruction du peuple, ne pouvaient lui faire trouver grâce auprès des hommes d’une morale sévère. Ils blâmaient hautement sa passion pour le jeu, qui lui faisant admette chez lui la plus mauvaise société, on lui reprochait ses goûts infâmes, qui lui valurent le surnom ironique de l’ami des hommes.
   Le duc de Villars avait épousé le 5 août 1721, mademoiselle Amable Gabrielle d’Ayen, seconde fille du maréchal Adrien Maurice duc de Noailles.
 

AD



   En 1765 le duc Honoré-Armand de Villars, gouverneur de Provence, suscita la création d’une école de dessin à Aix. Cette école fut aussitôt installée à la Chapelle des Dames, dépendance du Collège Bourbon. Il légua également à notre ville d’Aix une importante somme d’argent, afin de créer une bibliothèque publique et un opéra.

   Il mourut à l’âge de 68 ans, dans son gouvernement le 27 avril 1770.
             

arbre



hotelHOTEL de VILLARS

      
   Hôtel construit en 1710, par Louis d’Esmivy de Moissac, conseiller à la Cour des Comptes. Son petit fils, intendant à la Guadeloupe, le vendit en 1750 à Honoré Armand Duc de Villars.
   La façade possède une belle entrée encadrée par quatre colonnes à chapiteaux doriques supportant un balcon (on appelle familièrement cet hôtel l’hôtel des colonnes). La porte d’entrée est en boiserie style Régence. A l’intérieur une rampe d’escalier à panneaux en fer forgé aux armes des Villars.
      
statue


La statue de son père Louis Hector de Villars par Coustou

(située en haut du grand escalier de l’Hôtel de ville)
 
 




   Par son testament du 27 juin 1765, Honoré Armand, duc de Villars, gouverneur de Provence lègue à la ville d’Aix-en-Provence une somme importante destinée à la création de plusieurs établissements : une bibliothèque publique, un jardin des plantes, un cabinet d’antiquités et de médailles et une école de dessin.
   Il lègue également la statue de son père, Louis Hector, maréchal de France et vainqueur de Denain, réalisée par le sculpteur Nicolas Coustou, afin qu’elle décore la salle de la première bibliothèque publique.

père   Enfermée dans le couvent des Bénédictines après la Révolution, la sculpture tombe dans l’oubli jusqu’en 1812, date à laquelle elle est placée en haut du grand escalier de l’Hôtel de ville.
   En 1905, lors de travaux de réfection, la statue du duc de Villars est descendue de son piédestal. La municipalité envisage de la mettre dans la salle de police de la Mairie. Nombreuses sont les protestations qui s’élèvent contre ce projet : pour l’historien Numa Coste la place de l’oeuvre de Coustou est au Musée.
   L’Académie d’Aix quant à elle propose et obtient que la statue du maréchal soit replacée sur le palier de l’escalier monumental de l’Hôtel de Ville - car « le Villars de l’Hôtel de Ville fait partie du décor de l’édifice ».

délibération
=======








Sources 
: Bibliothèque Méjanes
        Musée Arbaud à Aix
                Internet
Réalisation : M. GARGIULO AG 13 Aix 2008                                                                                                                           

Activités de l'antenne aixoise de l'AG.13

poster



Retour à la liste alphabétique

Vers le plan d'Aix en Provence

Retour à l'accueil





Panneau de l'exposition




Retour haut de page